0 Flares 0 Flares ×

Les premiers équipements qu’un plongeur débutant achète sont très souvent l’ensemble PMT : palme, masque et tuba.
Il existe sur le marché un tas de modèles différents, à des prix très variables et il n’est pas toujours facile de faire son choix. Voilà donc quelques pistes pour choisir son matériel.

I. Le masque

1. Type de masque

On peut distinguer deux grandes familles de masques : les masques à deux vitres, et une seule vitre. Le masque a une seule vitre offre un volume plus grand (donc plus difficile à vider) mais une vision plus large (et encore, on trouve maintenant des masques à deux vitres qui offrent une grande vision latérale).

Masque à 1 verre

Masque à 1 verre

Masque à 2 verres

Masque à 2 verres

Les masques « hublot » tels qu’on les connaissait dans le temps ne sont plus utilisés, sauf par certains rares plongeurs : les modèles des photographes sous-marins.
Si vous portez des lunettes, et que vous voulez un masque à votre vue (j’en ai un et c’est vraiment top !) alors le choix est rapide : seuls les masques à deux vitres peuvent être équipés de verres optiques.

2. Morphologie

La caractéristique principale du masque est son étanchéité. Et là il n’y a pas de règle puisque cela dépend de la forme du visage ! Le meilleur moyen est d’aller en boutique, et d’essayer les masques un par un.
– plaquer le masque sur le visage, sans mettre la sangle, inspirer doucement par le nez et bloquer la respiration. Le masque doit tenir facilement par l’effet ventouse. ce test ne doit pas être fait sous l’eau.
– Masque en place, pencher la tête jusqu’à ce que le menton touche la poitrine. Mettre l’index gauche dans le nombril et remonter lentement le doigt. S’’arrêter que on ne voit plus son doigt. On teste là le champ de vision horizontal. A niveau de l’index se situera le manomètre du détendeur (c’est un élément vital qu’il faut absolument trouver).

Il faut aussi penser au confort : personnellement, j’ai un grand nez et pas mal de masques me compresse à cet endroit. Sur un essai de 2 min en magasin ca va, mais sur une plongée de 45min, c’est assez désagréable.

Et un dernier truc : ne mettez pas plus de 50 € dans votre masque, cela ne sert à rien : ce n’est qu’un masque !!!

3. Autres caractéristiques

Une fois les deux premiers paramètres réunis, il ne devrait plus rester beaucoup de masques, donc il faut se pencher sur les autres critères plus ou moins subjectifs :
– Jupe transparente ou noire ? la jupe noire vieillit mieux, mais n’est pas aussi lumineuse.
– Taille des verres : plus ils sont grands et plus c’est agréable.
– Souplesse de la jupe
– Couleur (en existe-t-il assortie à ma combinaison de barbie ?)
– Prix
– Marque (disponibilité des pièces détachées)

 

II. Les palmes

1. Chaussante ou réglable ?

Les palmes chaussantes sont les plus simples : on glisse le pied dedans et voilà. Pratique dans les eaux chaudes, si on veut les utiliser en eau plus froide on peut mettre un chausson souple. Dans ce cas il faut essayer les palmes avec le chausson, pour prendre éventuellement une taille supérieure.
Les palmes réglables sont en fait utilisées avec des bottillons à la semelle rigide : le pied se glisse dans la palme et une sangle vient bloquer le pied par derrière. Très pratique si on a besoin de marcher pour se mettre à l’eau : on enlève les palmes et on peut marcher avec les bottillons qui ont une vraie semelle.

Palme chaussante d'apnéiste

Palme chaussante d’apnéiste

Palmes réglables

Palmes réglables

 

2. La voilure

Ce qui va différencier les palmes et le type de voilure. Une voilure large et rigide va demander une grande puissance musculaire, mais permettra d’aller plus vite. Une voilure étroite et souple sera plus abordable pour un débutant, mais ne permettra pas des pointes de vitesse; voire sera totalement inefficace dans l’eau!
Là, le meilleur conseil est de prendre des palmes correspondant à votre niveau physique : pas trop dure (éviter les efforts et la crampe), mais pas trop chewing gum pour rester efficace quand même.

 

3. Autres critères

– Confort (essayer de marcher avec les palmes)
– Le prix
– La marque
– La couleur

 

III. Le tuba

Sur le tuba il n’y a pas grand-chose à dire… Un bambou et hop c’est parti !
Non je rigole : il y a en fait deux types de tuba : à soupape et sans soupape. Les tubes à soupape sont légèrement plus faciles à vider quand ils sont remplis d’eau.
Plus le tuba est gros et plus il permettra un débit respiratoire important.
Enfin l’embout doit être confortable en bouche. (taille, rigidité du caoutchouc, …)

Tuba

Tuba

Un dernier détail : éviter les kits qu’on trouve à bas prix dans les grandes surfaces de sport : au bout de 2 plongées vous les mettrez au placard. Par contre les kits des magasins de plongée sont en général de bonne qualité et bien homogènes.

Voilà j’espère que cet article pourra vous être utile, et que je n’écris pas trop de bêtises.

Print Friendly