0 Flares 0 Flares ×
Techniques de palmage - Jon Milnes

Techniques de palmage – Jon Milnes

Le palmage est le processus de propulsion en  plongée sous-marine. Il s’agit donc de déplacer ses palmes pour avancer. C’est probablement la compétence de base la plus importante de la plongée sous-marine, celle-là même que la plupart d’entre nous ont apprise lors du tout premier cours de plongée. Et, pour ceux qui ont passé toute leur enfance au bord et dans l’eau, le palmage est aussi naturel que la marche à pied ou le jogging.

Mais, comme pour le jogging, si la plupart d’entre nous sont en mesure de le faire, cela ne signifie pas que nous le fassions de manière optimale. Donc, comme beaucoup de coureurs, de nombreux plongeurs pourraient s’améliorer en travaillant sur leur technique de palmage afin d’accroitre leur endurance et de diminuer leur consommation d’air.

Palmage en grotte - Takashi Usui

Palmage en grotte – Takashi Usui

Choisir le bon palmage en fonction des circonstances

Suivant les conditions de plongée (courant, environnement,…), le choix du palmage peut grandement améliorer votre confort en plongée, et de ce fait diminuer votre consommation d’air, ainsi que la fatigue physique engendrée, sans parler du plaisir qui va avec.

Adopter la bonne technique de palmage peut réduire son impact sur l’environnement. Par exemple, lors de l’exploration d’une grotte, le déplacement du plongeur aura tendance à soulever du limon ou de la vase. Dans certains cas, conserver une bonne visibilité peut devenir une question de vie ou de mort comme lors de l’accident dans la grotte Grotta Rosso en Italie.

Il existe trois principaux coups de palme que tout plongeur doit connaître

  • le palmage en ciseaux ;
  • le Frog-Kick ;
  • le palmage genoux pliés.

 

Le palmage en ciseaux

Flutter kick on a dive by Rostislav Ageev

Rostislav Ageev

Le battement de jambes en ciseaux est la technique de palmage de base que la plupart des plongeurs utilisent. Cette technique est simple car similaire aux battements de pied du crawl.

90% des plongeurs utilisent ce palmage pour avancer. La technique est la seule enseignée, bien que certaines écoles commencent à se diversifier. De sorte que dans n’importe quel film de plongée vous verrez ce type de palmage (dans les films de Jacques-Yves Cousteau ou dans  « Opération Tonnerre », un des nombreux James Bond).

La raison de sa popularité est toute simple : c’est le palmage le plus efficace de toutes les techniques de palmage, il génère une propulsion maximale. Dans le passé, avant l’invention du gilet stabilisateur, la vitesse était le principal moyen de maintenir sa flottabilité (à l’image des requins qui n’ont pas de vessie natatoire). Avec une stab, on peut rester immobile et se maintenir entre deux eaux.

L’avantage de ce coup de palme est sa vigueur. Il est idéal pour se déplacer à vitesse élevée, ou lorsque vous avancer à contre-courant. Le mouvement vertical de haut en bas des jambes est très utile lors d’une plongée sur tombant, surtout si le tombant est recouvert de coraux. Le risque de coups de palme sur les coraux est réduit.

Flutter-kick by Thomas Groenfeldt

Thomas Groenfeldt

Les inconvénients de ce palmage sont liés aux avantages. La vigueur du coup de pied augmente la consommation d’air à cause de l’effort physique. Et le mouvement vertical peut soulever beaucoup de particules si vous êtes à proximité du fond. En mer, c’est gênant, en particulier pour les plongeurs qui vous suivent, mais dans une grotte, cela peut s’avérer carrément dangereux.

En outre, ce mouvement continu peut être utilisé pour maintenir sa flottabilité plutôt que d’ajuster son gilet stabilisateur, ce qui aura pour conséquence d’augmenter votre consommation d’air.

En résumé : rapide, simple et puissant. Il est conseillé lorsque vous êtes à contre-courant et sur de courtes périodes, ainsi que lors des plongées le long d’un tombant.

 

Le Frog-Kick

Scuba with the frog-kick by DJ Mattaar

DJ Mattaar

Le palmage « grenouille » ressemble beaucoup au mouvement des jambes de la brasse. Il s’agit de faire un grand et large coup de pied qui va utilise toute la force de la jambe. Il est utilisé en général soit lors d’une plongée normale, soit dans un boyau ou à proximité du fond. Comme le mouvement et la propulsion ne sont pas continus, une parfaite maitrise de la flottabilité est nécessaire.

Le mouvement est ici horizontal ou à peu près. Ce qui signifie que lorsque l’on nage à proximité du fond, on perturbe un minimum l’environnement, et cela permettra de maintenir une bonne visibilité pour les plongeurs qui vous suivent. Toutefois, la largeur du coup de pied nécessaire implique que ce palmage n’est pas recommandé pour les boyaux étroits ou lors d’une plongée près d’une paroi.

Ce palmage, combiné à une bonne flottabilité, va rapidement devenir votre technique de prédilection une fois que vous vous serez habitué à elle. Vous constaterez probablement une diminution significative de votre consommation d’air. Si vous êtes correctement équilibré et bien horizontal, vous profiterez de la glisse après chaque mouvement. Et plus vous profiterez de cette glisse, plus vous réduirez votre consommation d’air.

En résumé : puissant, extrêmement efficace surtout si vous maîtrisez l’aspect mouvement-glisse. Il est conseillé lors d’une plongée avec un léger contre-courant et à proximité du fond. Par contre, il est déconseillé dans les courants forts ou près des parois.

 

Le palmage genoux pliés

Cette technique au nom compliqué « Bent-Knee Cave Diver Kick » est la technique par excellence des plongeurs Tek. C’est aussi celui qui provoque le moins de perturbations de l’environnement.

Le plongeur est parfaitement à l’horizontal, les pieds relevés et les genoux formant un angle de 90° avec les cuisses. Le fait que les jambes soient pliées limite l’amplitude du mouvement. Le mouvement part de la hanche comme pour le ciseau et se poursuit avec une flexion des chevilles en conservant les genoux pliés à angle droit. L’effort physique pour ce mouvement est très faible par rapport aux deux mouvements ci-dessus, du coup, il diminue encore plus la consommation d’air.

Diver swimming bend-knee-kick by Rich Carey

Rich Carey

Comme l’amplitude du mouvement est faible, il est recommandé dans les espaces restreints, tels que l’intérieur d’épaves ou des grottes. Et lorsqu’il est exécuté correctement, il n’y a presque plus de limon mis en suspension.

Pour cette raison, il est également la technique recommandée pour la plongée près d’un fond très vaseux.

Le mouvement lent de cette technique peut vous permettre d’avancer très lentement. Ce qui peut être profitable lors des plongées « muck dive » ou bio à la recherche de petites choses à voir.

Cependant, parce qu’elle génère une très faible propulsion, cette technique a ses limites lors des plongées à contre-courant.

En résumé : un coup d’incidence minime, qui est idéal pour les environnements exigus et à proximité des fonds très vaseux, ainsi que pour vous aider à ralentir lors de vos plongées et pour maximiser votre air disponible.

 

Source : Dive.In

Traduction de l’article original de Thomas Grønfeldt Senger

 

Toffe

Organisation : FFESSM, PADI Niveau de certification : N3-E1, DiveMaster Nombre de plongées : 220Christophe, de son état civil, a grandi au bord de l'eau, de l'eau salée. D'abord sur la côte atlantique du Maroc, où il a appris à dompter les vacances et l'eau froide. Puis l'Océan Indien à Djibouti, où il fit des kilomètres de snorkeling dans le lagon de Maskali et ses premières apnées.Son déclic pour la plongée a eu lieu durant son voyage de noce à Moorea en 2003, où après un baptême de plongée, il a enchainé sur la formation N1. Après une pause où il n'y a eu que quelques plongées, les choses ont basculé en 2008 lors de son premier séjour plongée en Égypte. Depuis, il effectue environ 50 plongée par ans. Aujourd'hui, il se destine à devenir moniteur de plongée.
Print Friendly